AccueilÉquipe et coordonnéesSe connecterEnglish
CEAD CEAD
ACCUEIL  »  Répertoire  »  Recherche détaillée
Le voyage magnifique d'Emily Carr [1990]
(Leméac Éditeur, 1990)

Création
Théâtre d'Aujourd'hui, 21 septembre 1990
Auteur(s)
Jovette Marchessault (Auteur féminin)
Durée
2h00
Nombre de personnages
4 Personnage(s), 3 Femme(s), 1 Homme(s), 4 Acteur(s)
Traduction(s)
  • Traduit en anglais par Linda Gaboriau sous le titre de The Magnificent Voyage of Emily Carr [1992] (Talonbooks, Vancouver: 1992) 16.95$
    • Belfry Theatre, (Victoria), 1er décembre 1992
Résumé
Emily Carr (1871-1945), peintre de la côte ouest canadienne, habitait un lieu magique qu'elle avait baptisé « La Maison de toutes les espèces ». Elle y accueillait les visiteurs de la planète : sa sœur Lizzie, avec des cris de guerre et des rebuffades car Lizzie est l'adversaire, au même titre que la société victorienne; son amie amérindienne Sophie, qui apporte les messages, les devoirs et les leçons de l'existence; son jeune ami peintre, Lawren Harris du Groupe des Sept, qui veut débarrasser la peinture de ses dogmes et révolutionner l'art au Canada; celui qui répond à ses pensées de compassion, l'Accordeur d'âmes; et enfin celle qui viendra à sa rencontre, la Déesse-Mère du vieux monde des légendes, la D'Sonoqua...
Plus d'informations »
Extrait
« EMILY : Je sais tout ce que tu as vu passer: les femmes terrorisées qui fuyaient avec leurs enfants, les guerriers, les incendiaires, le grand déploiement des missionnaires, de ceux qui entourent les églises... / SOPHIE-D'SONOQUA : Ils sont tous passés devant les totems, les vivants et les vivantes de l'infortunée famille humaine. Nous sommes encore là avec nos yeux perdus... Qui donc accomplira le travail du souvenir? Qui donc rappellera que les vies vécues ne furent pas inutiles! »
Revue de presse
« Le voyage magnifique d'Emily Carr est une pièce, très dépouillée, sur le détachement, une illustration par "des mots qui sont des lueurs", de la lutte de chacun pour sa liberté, pour sa dignité. » Alain Pontaut, Le Devoir, 15 septembre 1990.&r « Ce texte, par son humanité, par son humour aussi parfois, rafraîchissant comme un pont d'eau dans le désert dessine fortement le personnage contrasté des deux sœurs. » Alain Pontaut, Le Devoir, 3 octobre 1990.&r « Jovette Marchessault signe un texte riche, d'une beauté étrange, cruelle comme le sort fait aux artistes par la société qu'ils devancent, et mystérieuse comme la certitude que le voyage finira par être magnifique. » Gilles G. Lamontagne, La Presse, 30 septembre 1990.

À propos de(s) l'auteur(s)
(Photo : Robert Barzel)
Née à Montréal en 1938, dans un milieu ouvrier. Peintre, sculpteure, romancière et dramaturge, Jovette Marchessault est une autodidacte qui, adolescente, travaille dans une usine de textile où elle rencontre des ouvrières de toutes les langues et de toutes les couleurs. Vers la fin des années 1950, elle entreprend une quête à travers l'Amérique, à ...
  • Disponible à la librairie du CEAD
    comment acheter
    À L'AFFICHE DU CALENDRIER DES AUTEURS
    CEAD
    Historique
    Mission
    Conseil d’administration
    Prix et concours
    Équipe et coordonnées
    Partenaires
    La fondation
    Historique
    Prix de la Fondation
    Conseil d’administration
    Partenaires
    Faire un don
    Pour les membres
    Activités dramaturgiques
    Activités de diffusion
    Dépôt de textes
    Protocole de mise en page
    Droits d'auteur
    Devenir un auteur membre
    Pour le public
    Activités 2017-2018
    Calendrier des auteurs
    Centre de documentation
    Pour les curieux
    Nouveaux textes
    Nouvelles traductions
    Pour les enseignants
    Dossiers spécialisés
    Audiovidéothèque
    Liens importants
    Répertoire
    Recherche détaillée
    Liste des auteurs
    Liste des textes
    Liste des traductions