AccueilÉquipe et coordonnéesSe connecterEnglish
CEAD CEAD
ACCUEIL  »  Répertoire  »  Recherche détaillée
Bousille et les justes [1959]
(Institut littéraire du Québec, 1960, épuisé; Éditions de l'Homme, 1967; Éditions Quinze, 1990)

Création
Comédie-Canadienne, 17 août 1959
Auteur(s)
Gratien Gélinas (Auteur masculin)
Durée
2h00
Nombre de personnages
10 Personnage(s), 4 Femme(s), 6 Homme(s), 10 Acteur(s)
Traduction(s)
Résumé
Satire mettant en scène la famille Grenon, venue à Montréal pour assister au procès d'un des fils, Aimé, accusé de meurtre. Dans une chambre banale d'un hôtel de deuxième ordre, la tension monte et les membres de la famille, apparemment honnêtes et bien-pensants, se montrent sous leur vrai jour : fourbes et impitoyables. Ils poussent Bousille, le simple d'esprit, à se parjurer. Il ne survivra pas à cette souillure.
Plus d'informations »
Extrait
« BOUSILLE : (Lève la tête et regarde les deux hommes à tour de rôle, consterné:) Vous ne pouvez pas me demander de faire une chose pareille. / HENRI : Quoi? / BOUSILLE : Vous avez bien que ce serait un faux serment... / HENRI : Écoute, toi... / BOUSILLE : (Le sang glacé:) Le bon dieu me laisserait retomber dans mon vice, sûr et certain... / HENRI : (Pris d'une rage de sourde:) Je t'avertis charitablement: le temps de naisier est fini. »
Revue de presse
« Créée en 1959, juste avant la Révolution tranquille, au moment où le Québec prenait son élan pour s'affranchir de l'emprise de la religion, cette pièce est considérée à juste titre comme la plus forte de Gélinas et l'une des plus marquantes de la dramaturgie des 50 dernières années. » Solange Lévesque, Le Devoir, 15 novembre 1999.&r « Une solide structure dramatique, des personnages emblématiques mais bien campés, une plume qui peut être acide, un sens de la réplique et du détail révélateur : c'est tout ça qu'on retrouve dans Bousille. Des qualités qui ne vieillissent pas. Ce drame à la progression implacable comme une tragédie (qui respecte d'ailleurs l'unité de lieu et d'action) noue toujours la gorge. C'est l'hécatombe des purs au pays des corrompus et de ceux qui s'aveuglent volontairement. Refrain bien connu dans l'imaginaire québécois, les hommes y sont tous faibles, violents ou benêts. » Marie Labrecque, Voir, du 22 juin au 1er juillet 1996.&r « Le portrait dramatique que Gratien Gélinas brossait à la veille de la Révolution tranquille de sa propre société, il est indéniable que personne d'autre avant lui ne l'avait fait avec autant d'acuité. Encore aujourd'hui, c'est par cela que vaut sa pièce - et aussi parce qu'avant d'entrer dans la modernité, le théâtre québécois se devait de maîtriser le drame bourgeois. Cela Gratien Gélinas l'a atteint avec Bousille . » Hervé Guay, Le Devoir, 27 juin 1996.&r « Bousille demeure une œuvre immensément intéressante autant par son écriture dramatique, par sa technique de construction, par la place historique qu'elle occupe et par la société qu'elle décrit, à la fin du régime duplessiste, que par son thème, qui veut que la raison du plus fort soit toujours la meilleure ou que l'imbécile heureux puisse le rester, tant qu'il ne dérange pas. […] Peu d'auteurs, même très contemporains, maîtrisent aussi bien que Gélinas les règles de l'exposition d'une situation et de la représentation des personnages : le premier acte terminé, le ressort de la tragédie est parfaitement monté, et chacun des protagonistes est bien en place sur l'échiquier des conflits. […] Pas d'action superflue, un dialogue où chaque réplique est significative, des moments de rires, des instants de tendresse. » Jean-Louis Tremblay, Cahiers de théâtre Jeu, n°41, décembre 1991.&r « Gélinas brosse le tableau cinglant d'une société pétrifiée dans la bigoterie et le mensonge. Sans que sa charge assomme. Le comique sourd sans cesse de répliques à double sens, de mots colorés et de jeux de scène, le drame nous est sucré sans perdre jamais ses relents de fiel. » Jean St-Hilaire, Le Soleil, 22 avril 1990.&r « Bousille est une pièce forte, la meilleure de Gélinas. » Robert Lévesque, Le Devoir, 18 avril 1990.

À propos de(s) l'auteur(s)
« Père » du théâtre québécois, né à Saint-Tite-de-Champlain le 8 décembre 1909, Gratien Gélinas, autodidacte, fait du théâtre amateur avec la section française du Montreal Repertory Theatre, puis avec une troupe qu'il fonde avec les anciens du Collège de Montréal. En mai 1936, il amorce sa carrière de comédien professionnel dans une revue de Louis ...
  • Disponible à la librairie du CEAD
    comment acheter
    À L'AFFICHE DU CALENDRIER DES AUTEURS
    L'orangeraie
    DU 28 FÉVRIER AU 2 MARS 2018 THÉÂTRE DENISE-PELLETIER
    de : Larry Tremblay
    Hamster
    DU 6 AU 24 MARS 2018 THÉÂTRE LA LICORNE
    de : Marianne Dansereau
    Les Mains dans la gravelle
    DIMANCHE 11 MARS 2018 CENTRE CULTUREL DE BELOEIL
    de : Simon Boulerice
    Chienne(s)
    DU 13 AU 31 MARS 2018 CENTRE DU THÉÂTRE D'AUJOURD'HUI
    de : Marie-Ève Milot
    CEAD
    Historique
    Mission
    Conseil d’administration
    Prix et concours
    Équipe et coordonnées
    Partenaires
    La fondation
    Historique
    Prix de la Fondation
    Conseil d’administration
    Partenaires
    Faire un don
    Pour les membres
    Activités dramaturgiques
    Activités de diffusion
    Dépôt de textes
    Protocole de mise en page
    Droits d'auteur
    Devenir un auteur membre
    Pour le public
    Activités 2017-2018
    Calendrier des auteurs
    Centre de documentation
    Pour les curieux
    Nouveaux textes
    Nouvelles traductions
    Pour les enseignants
    Dossiers spécialisés
    Audiovidéothèque
    Liens importants
    Répertoire
    Recherche détaillée
    Liste des auteurs
    Liste des textes
    Liste des traductions