Explorer/Sur une autre terre

18. Parfois je lève le nez de ma table où je travaille et je me dis :

tiens c’est vrai, je suis là , je suis à Montréal (de l’autre côté de l’océan).

Je me répète alors le mot Montréal très longtemps

Montréal, Montréal, Montréal, Montréal, Montréal, Montréal, Montréal

jusqu’à ce qu’il ne veuille plus rien dire.

Ensuite, je me demande :

Où est-ce que je suis ?

Pourquoi je suis ici ?

Je me perds dans la carte

et dans le temps

comme si j’avais tourné sur moi-même pour avoir le vertige.

19. Sur le mont Royal, après la neige, il y a des skieurs.

20. Je marche dans les rues et dans les souterrains et j’aimerais pouvoir marcher dans chaque rue et dans chaque souterrain.

21. Je vais voir des performers qui lisent des poèmes, des habitants de Montréal qui s’approprient l’espace d’un micro librement ouvert, Bonsoir, je m’appelle DJ Salope, mais vous pouvez m’appeler Marc-André.

22. Parfois je parle de mon travail et je le regarde comme une chose qui se détache de moi. Je me dis : Quelle chance d’être celle à qui l’on pose des questions, pour mettre des mots sur des temps et des expériences distinctes, et apercevoir comme une ombre furtive, la silhouette de sa propre vie.

23. J’ai bu de trop grands volumes de bière, car ici, tout est plus grand et malheur à celui qui lance un convivial, C’est ma tournée, car il recevra en litres la monnaie de sa pièce.

24. J’ai été traversée par beaucoup d’ambiances de nuit, spectacles, concerts, performances. J’étais assise, spectatrice. Parfois j’ai eu la sensation de voyager derrière une vitre, le cul posé sur la banquette, comme incapable même d’actionner le bras, une main pour faire un signe vers l’extérieur. Et toujours cette question de la manière dont/où je me place en créant, en écrivant, être avec/ dedans / à côté / devant, et parfois dans l’étrange croisement de plusieurs de ces postures.

25. Et puis le temps se condense, il me reste une semaine. La matière prend forme. Après le flottement, les rêveries, le mélange de lectures et d’écriture, la venue lente des différents éléments, prendre la matière, la malaxer, enlever le surplus, la pétrir sans douceur, la mettre en bouche, la poser sous la lampe de bureau et finir le scalpe.

Claire Gatineau

À propos de Claire Gatineau

Claire Gatineau est une auteure et metteure en scène belge. Elle fonde en 1996 la compagnie En marche avec laquelle elle crée EN MARCHE, SUITE (…) ; ANDRÉ, ANDREAS ; LA QUESTION HUMAINE ; LA FEMME À BARBE BLEUE ; ANILA ET MOI ; LA FLÛTE ENCHANTÉE. Elle collabore avec le théâtre de l'EVNI et Fujio Ishimaru avec qui elle crée HANA-BI SILENCIEUX en 2008. Ses textes ANDRÉ, ANDREAS, LA FEMME À BARBE BLEUE et LES PIEDS NUS sont édités dans les recueils ENFIN SEUL (éditions Lansman- SACD-L'L- CED-WB). AU-DESSUS DE LA PLAINE est édité à L'espace d'un instant (France).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>