Archives de l’auteur : Éric Noël

Éric Noël

À propos de Éric Noël

Éric Noël a complété le programme d'écriture dramatique de l'École Nationale de Théâtre en mai 2009. Lors de son passage à l'École, il a entre autre écrit un livret d'opéra intitulé SANS ÉLECTRICITÉ, LES OISEAUX DISPARAISSENT. La musique est de Vincent-Olivier Gagnon et l'opéra a été créé en 2009, dans une mise en scène de Gaétan Paré, sous la direction du chef d'orchestre Cristian Gort. Sa pièce de finissant, FAIRE DES ENFANTS, a été présentée en exercice scolaire au Monument-National en mars 2010, dans une mise en scène de Pierre Bernard. L'été dernier, il dirigeait la mise en lecture de sa toute dernière pièce, TIRADE POUR HENRI, lue par Élise Guilbault. Il est le récipiendaire du prix Gratien-Gélinas 2010 pour sa pièce FAIRE DES ENFANTS, lue publiquement au théâtre de Quat'sous le 24 janvier 2011.

UNE SEULE SOLITUDE

Il n’y a qu’une seule solitude… Rilke Ceux qui me connaissent le savent : faire des bilans me passionne. Faire le point. Récapituler. À outrance. Comme, par exemple, récapituler mon passage sur ce blogue. Trois articles, vous me direz, qu’y a-t-il …

[Lire la suite]

UN ACTE DE COMMUNICATION?

En réfléchissant à l’ennui dans le billet précédent, je me suis rendu compte que je questionnais aussi, encore, l’idée d’un théâtre perçu et souhaité comme un acte de communication. Je dis « encore » parce que cette question me poursuit depuis plusieurs …

[Lire la suite]

BANAL ET ENNUYANT

Samedi, je suis allé à la Volksbühne voir Der Kaufmann von Berlin mis en scène par Frank Castorf – très grand metteur en scène, qui dirige ce haut lieu du théâtre berlinois depuis bientôt 20 ans. Après une heure quarante …

[Lire la suite]

L’ÉMOTION GÉOGRAPHIQUE

Je dois d’abord mentionner que je suis à Berlin pour six mois.  Pas parce que je veux que tout le monde sache comment je dilapide le Prix Gratien-Gélinas et pas parce que c’est tellement « in » d’être à Berlin – d’ailleurs, …

[Lire la suite]