Archives de l’auteur : Suzie Bastien

Suzie Bastien

À propos de Suzie Bastien

Suzie Bastien a écrit la pièce "Le désir de Gobi" (LUX Éditeur, 2003), d'abord créée par Pierre Bernard au Théâtre de Quat'Sous de Montréal en janvier 2000, puis présentée à Québec, Ottawa et Sherbrooke en 2004, dans une mise en scène de Gill Champagne. Avec sa seconde pièce, "LukaLila" (Éditions Comp'act, 2002), créée à Rome en 2005, elle a été lauréate des Journées de Lyon des auteurs de théâtre en 2002 et a également reçu le prix SACD de la dramaturgie francophone 2004. Sa pièce "L'effet Médée" a été produite par le Théâtre Blanc de Québec en mars 2005, dans une mise en scène de Marie Gignac. Suzie Bastien est aussi l'auteure de "Le sens! Le sens!", de "Ceux qui l'ont connu", écrite en résidence à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon en 2004, de "Après", écrite en partie en résidence à Limoges en 2005, de "L'enfant revenant" également écrite en résidence à Québec et à Lennoxville. Ses courtes pièces "L'effritement1 et 2" (Les éditions de la Gare 2007) ont été créées à Paris dans le cadre des Petites comédies de l'eau. "L'enfant revenant" a été aussi présenté en lecture au Tarmac de la Villette à Paris.

Espace libre (2)

Scène 3 Lendemain matin. L’auteure, mal dégrisée, tente de remettre ses idées en place. L’auteure: Bon, ce n’est pas mon blogue, je ne l’ai pas conçu, je ne le gère pas. Si je veux régler mes comptes avec le monde, …

[Lire la suite]

Espace libre (1)

Scène 1 Le bureau du directeur Le directeur: Alors, il s’agit pour vous de décrire ce que le blogue du CEAD doit contenir. L’auteure: Un genre de charte d’utilisateur? Les 10 commandements du blogueur du CEAD? Le directeur: Oui, en …

[Lire la suite]

Procrastination

Je lis parfois les livres des auteurs que j’aime avec la peur au ventre et un vague dégoût de moi-même; pourquoi tenter de trouver les mots pour décrire l’atroce douleur ou la joie violente ou même le bête ennui alors …

[Lire la suite]

Facciamo paradiso

Ça tient parfois à pas grand chose; tu crois que tout est fini, que ça n’arrivera plus, que la vie est une grosse chienne puante et tu reçois comme un message divin ou quelque chose de totalement jouissif et païen …

[Lire la suite]

Ma dope à moi

Le pire c’est toujours pendant qu’on marche, les phrases arrivent mais on n’a rien pour noter et on continue à avancer car on sait bien que si on arrête ça s’arrête. Ça, tu sais bien. Les mots qui s’agencent tout …

[Lire la suite]