Archives de l’auteur : Nathalie Boisvert

Nathalie Boisvert

À propos de Nathalie Boisvert

Nathalie Boisvert est titulaire d'un baccalauréat en jeu et d'une maîtrise en art dramatique obtenue en 1993 à l'Université du Québec à Montréal. En 1997, sa première pièce, L'HISTOIRE SORDIDE DE CONRAD B., est jouée au Festival de Spa, en Belgique. Elle est ensuite reprise et primée à Bruxelles en 1999, puis traduite en anglais en 2003 par Bobby Theodore lors d'une résidence au Centre d'arts de Banff / Banff Centre for the Arts. En 2005 et 2006, elle est lue à Paris et à Amiens par la Compagnie À Vol d'oiseau. En 1999, son texte L'ÉTÉ DES MARTIENS est publié chez Lansman éditeur, et créé simultanément au Québec par le Théâtre Niveau Parking et en France, à Montauban, par La Comédie de la Mandoune. En 2000, la production tourne dans quelques centres culturels en France, puis est jouée en Belgique au Théâtre de Poche de Bruxelles et au Centre culturel de Charleroi. En 2006, elle est produite simultanément au Landstheatre à Dusseldorf et au Grips, à Berlin, dans une traduction allemande de Frank Heibert. Traduite en anglais par Bobby Theodore, elle a aussi été jouée en 2002 par Theatre Direct à Toronto. Nathalie Boisvert a également signé plusieurs autres pièces et courtes pièces et a participé aux collectifs 4 X 4 et 38. En 2006, sa pièce VIE ET MORT D'UN VILLAGE, lauréate des Journées de Lyon, est publiée aux Éditions Comp'Act. La même année, le CEAD la présente en lecture publique à la Semaine de la dramaturgie. Nathalie Boisvert a remporté le Prix Gratien-Gélinas 2007 avec BUFFET CHINOIS.

L’HALLOWEEN AU PÉROU

Maintenant que j’ai attiré votre attention grâce à l’exotisme de mon titre, permettez-moi de vous parler de mon expérience péruvienne. Je parle du Pérou de New York. Non, pas New York, la grande métropole dont tout le monde rêve. L’État …

[Lire la suite]

ÉLOGE DE L’INUTILE

Éloge de l’inutile. On me demande parfois si j’écris tous les jours. La réponse: oui, en général. Mais il ne s’agit pas ici d’une pratique d’écriture tâcheronne, souffrante et orientée vers un résultat ultime, une pièce à succès qui attirera …

[Lire la suite]

ÇA PARLE DE QUOI AU JUSTE ?

Ça parle de quoi au juste? La question qui tue. Lorsque je suis en train d’écrire une pièce, les gens, pour me manifester leur intérêt, me posent très souvent cette question. En général, je ne sais pas quoi répondre. J’invente …

[Lire la suite]

L’ASSASSINAT DU CONTRACTEUR

L’assassinat du contracteur. Le contracteur mesure environ 6 pieds cinq pouces. Il porte des jeans bleus toujours propres, une chemise à carreaux et des bottes de travail beiges, lacées. Il arbore une barbe et une moustache toujours parfaitement taillées et …

[Lire la suite]

LA QUESTION DE LA LIBERTÉ

Quand je pense à la liberté, la première chose qui m’arrive dans la tête, c’est la chanson de Fugain: Fais cooomme l’oiseau, ça vit d’air pur et d’eau fraîche un oiseau, (…) mais jamais rien ne l’empêche, un oiseau, d’aller …

[Lire la suite]