Archives de l’auteur : Marcelle Dubois

Marcelle Dubois

À propos de Marcelle Dubois

Suite à des études en Lettres-Art dramatique au Cégep Lionel-Groulx et en Création littéraire à l’UQAM, Marcelle Dubois fonde sa compagnie le Théâtre les Porteuses d’Aromates en 2000. C’est sous cette enseigne qu’en tant qu’auteure/metteure en scène elle signe En vie de femmes (2000) et Condamnée à aimer la vie (2003). Son texte, Amour et Protubérances, fable pour bouffons, mis en scène par Jacques Laroche, fut produit à Premier Acte à Québec et à La Petite Licorne à Montréal en 2004-2005. Jam Pack, quant à lui est présenté au Théâtre d’aujourd’hui en novembre 2008. Son dernier texte, Œuvre de destruction a été lu au Festival du Jamais Lu en 2007, puis au Centre Georges Pompidou en France en 2008. Elle écrit également pour le jeune public : Le dragon de bois, présenté à la 20e semaine de la dramaturgie du CEAD, et La Ville en rouge, présenté à la Rencontre Théâtre ado de mars 2009. À l’été 2008 elle jouit d’une résidence de trois mois pour débuter l’écriture de son nouveau texte, Bercail, à la Maison des Auteurs des Francophonies en Limousin en France. Co-fondatrice du Festival du Jamais Lu, elle en assure la direction artistique et générale depuis dix ans. Elle participe également à la réalisation de Carte Premières, un outil de promotion desservant la relève théâtrale. Dans une vision plus militante, Marcelle Dubois à été membre du conseil d’administration de l’Association des Compagnies de Théâtre de 2007 à 2010 et s’est impliquée au sein du comité directeur des États Généraux du théâtre tenus par le Conseil Québécois du Théâtre à l’automne 2007.

APRÈS TOUTES CES REVENDICATIONS… L’ÉCRITURE!

Je termine mon mandat de blogueuse avec ce sentiment de vous avoir bien peu parlé de mon travail d’auteure au profit de réflexions plus large sur notre milieu et sa capacité à prendre position face à l’actualité qui l’entoure. J’avais …

[Lire la suite]

ET SI LE CENTRE SE DÉPLAÇAIT…

Je poursuis mes réflexions sur l’intégration de l’actualité à nos dramaturgies… Il y a deux semaines, comme mon premier billet en témoigne, j’étais passablement habitée par ce qu’évoque le slogan publicitaire du Théâtre d’Aujourd’hui : On est ailleurs. J’en ai touché …

[Lire la suite]

Un art de proximité et non pas de masse

Le commentaire d’Annick Lefebvre qui suit mon premier billet est si généreux et pertinent qu’il m’a bien inspirée pour la suite de ce blogue. Merci beaucoup Annick. Je suis d’accord avec celle-ci. L’engagement militant a peu de choses à voir avec …

[Lire la suite]

MA PLUME D’APRÈS LE 2 MAI 2011…

 J’ai la chance de reprendre ce blogue à un moment où la parole et le dialogue me semblent plus nécessaires que jamais. Ou du moins, à un moment où j’ai besoin de paroles et dialogues. J’entraînerai donc la discussion sur …

[Lire la suite]