AccueilÉquipe et coordonnéesSe connecterEnglish
CEAD CEAD
ACCUEIL  »  Répertoire  »  Recherche détaillée
Les quatre morts de Marie [1991]
(Éditions Les Herbes Rouges, 1995; Éditions Actes Sud - Papiers, 1998)

Première lecture
Ce texte a été présenté en lecture publique par le CEAD, le 7 février 1991. Il a également été présenté en lecture publique par le CEAD, en coproduction avec le Festival de Théâtre des Amériques, lors de l'événement «Quatre mondes en lecture», le 7 juin 1993.
Création
Productions Branle-Bas, 25 février 1998; Compagnie À Brûle-Pourpoint et Théâtre Gérard-Philipe, 24 février 1998
Auteur(s)
Carole Fréchette (Auteur féminin)
Durée
1h45
Nombre de personnages
8 Personnage(s), 2 Femme(s), 3 Homme(s), 5 Acteur(s)
Particularités distribution
3 femmes, 5 hommes pouvant être joués par 2 femmes, 3 hommes
Traduction(s)
  • Traduit en anglais par John Murrell sous le titre de The Four Lives of Marie [1997] Carole Fréchette : Three Plays (Playwrights Canada Press, Toronto: 2002)
    • Tarragon Theatre, Toronto, 29 avril 1997
  • Traduit en espagnol par Mauricio Garcia Lozano sous le titre de Las cuatro muertes de Maria [1998]
    • Universidad Nacional Autonoma de Mexico (UNAM), Mexico, novembre 1999
  • Traduit en allemand par Andreas Jandl sous le titre de Und viermal stirbt Marie [2000]
    • SR 2 Kulturradio, mai 2000
Résumé
Elle voulait écrire les aventures de Mary Simpson, elle voulait élever quatre garçons et quatre filles, elle voulait marcher jusqu'à la Terre de Feu, elle voulait découvrir un continent. Elle voulait... Mais elle a vendu des souliers pas chers sur la rue Mont-Royal, elle a écrit sur les murs des mots enflammés, elle a fait des sourires à la télévision, puis elle a beaucoup dormi. Elle s'appelle Marie, elle est née au milieu du siècle. Un siècle fini. En quatre tableaux, la traversée d'une femme téméraire depuis son départ joyeux pour l'école, un matin de mai ensoleillé, jusqu'à sa fuite effrénée sous la pluie, plusieurs années plus tard, dans une barque dérisoire, sur un océan de solitude.
Plus d'informations »
Extrait
« THÉO Un matin, je me suis reveillé, j'avais perdu quelque chose. [...] J'avais un trou à l'intérieur. C'est par là que j'ai commencé à me vider, goutte à goutte. Un trou minuscule. / MARIE: Quoi goutte à goutte? Qu'est-ce qui coule? Qu'est-ce que tu dis? / THÉO: La beauté, le plaisir, l'odeur des femmes, le fou rire, le sens des choses. »
Revue de presse
« J'ai lu et j'ai été touchée, j'ai été intriguée par ce qui m'était à la fois proche et mystérieux […]. Marie : une personne à la lisière du monde. De celle qui ont de la difficulté à s'adapter à la société. De celles qui refusent l'âge des désirs calmes, des idéaux fanés, du renoncement […]. Touchée encore par l'énergie de cette écriture là, mélange de déséquilibre structurel, de réel tordu, d'invention formelle, de mouvements organiques, d'humeurs. » Propos de Catherine Anne recueillis par Noëlle Renaude, Extrait du programme du TGP, Paris, février 1998.&r « Le très beau texte de Carole Fréchette rejoint à son tour ces destinées au caractère exemplaire, nous renvoyant en écho la fragilité, la beauté et le volontarisme dérisoire de nos propres vies. À sa seconde pièce solo, l'auteur accouche d'une œuvre touchante et drôle, riche de ses connexions souterraines, à la facture originale, mi-réaliste, mi-symbolique. Les quatre morts de Marie rend sensible cette mort répétée de l'âme - comme autant de répétitions de l'ultime trépas - qu'est la désillusion. Carole Fréchette dénude avec une ironie proche du pathétique, nos aspirations déçues, notre solitude existentielle, notre besoin de reconnaissance, cette insécurité fondamentale qui existe, au moins, dans le regard dans le regard des autres. » Marie Labrecque, Voir, 12 mars 1998.&r « Cette pièce est porteuse de cette "poésie du quotidien". » Hervé Guay, Le Devoir, 2 mars 1998.&r « Sous les apparences d'une écriture simple, dénuée d'ostentation, banale presque, tout est parfaitement structuré. Il s'agit bien d'une véritable écriture scénique, complexe sous ses allures anodines, quotidiennes. »Pierre Lavoie, Cahiers de théâtre Jeu, n°79, juin 1996.

À propos de(s) l'auteur(s)
(Photo : Claude Dolbec)

D'abord formée comme comédienne à l'École nationale de théâtre du Canada, Carole Fréchette a fait partie du Théâtre des Cuisines jusqu'au tournant des années 1980; elle y a participé à la création de trois spectacles. Parallèlement, elle a touché à plusieurs facettes...

  • Disponible à la librairie du CEAD
    comment acheter
    À L'AFFICHE DU CALENDRIER DES AUTEURS
    Warda
    DU 16 JANVIER AU 3 FÉVRIER 2018 THÉÂTRE PROSPERO
    de : Sébastien Harrisson
    Nyotaimori
    DU 16 JANVIER AU 3 FÉVRIER 2018 CENTRE DU THÉÂTRE D'AUJOURD'HUI
    de : Sarah Berthiaume
    La meute
    DU 16 JANVIER AU 17 FÉVRIER 2018 THÉÂTRE LA LICORNE
    de : Catherine-Anne Toupin
    La nuit // La vigie
    DU 17 AU 21 JANVIER 2018 MAISON THÉÂTRE
    de : Véronique Pascal
    CEAD
    Historique
    Mission
    Conseil d’administration
    Prix et concours
    Équipe et coordonnées
    Partenaires
    La fondation
    Historique
    Prix de la Fondation
    Conseil d’administration
    Partenaires
    Faire un don
    Pour les membres
    Activités dramaturgiques
    Activités de diffusion
    Dépôt de textes
    Protocole de mise en page
    Droits d'auteur
    Devenir un auteur membre
    Pour le public
    Activités 2017-2018
    Calendrier des auteurs
    Centre de documentation
    Pour les curieux
    Nouveaux textes
    Nouvelles traductions
    Pour les enseignants
    Dossiers spécialisés
    Audiovidéothèque
    Liens importants
    Répertoire
    Recherche détaillée
    Liste des auteurs
    Liste des textes
    Liste des traductions